Baromètre des CDO by VISEO
LinkedIn Google Plus Twitter Email

Baromètre des CDO: Le rôle du Chief Digital Officer change de cap

Et le Chief Data Officer prend du galon
19 Octobre 2016

Quentin Bardet, Directeur Général Adjoint VISEO nous explique ce que révèle l'étude du Baromètre: "Un CDO plus opérationnel, plus proche de la technologie et des processus de l’entreprise."

Analyse. Quentin Bardet, Directeur Général Adjoint VISEO, nous présente les tendances dégagées des résultats du baromètre des Chief Digital Officers et Chief Data Officers, que nous avons réalisé en partenariat avec Digital Jobs, Novamétrie, Salesforce et Criteo et dévoilé le 18 octobre 2016.

"VISEO a souhaité réaliser cette étude pour mieux connaitre et mieux comprendre qui porte cette transformation dans les organisations des entreprises. Nous avons voulu savoir qui avait la charge de ces transformations, leurs freins, leur rattachement hiérarchique. 314 dirigeants ont été interrogés au cours de l’été. Ils nous confirment tout d’abord que le digital, si présent dans les quotidiens économiques, est également bien une réalité dans leur agenda stratégique: pour 83%, c’est une priorité de court terme. Toutefois, cette priorité n’est portée par un chief digital officer que dans 27% des entreprises, relayé par un chief data officer dans 18% des cas. Un chiffre relativement modeste mais en progrès de 5 points en un an. Au final, 62% des entreprises pensent leur organisation adaptée aux défis de la transformation. 

Quelle est la feuille de route de ce fameux CDO?

Les sondés nous avancent trois priorités: la création de valeur, l’expérience client et les process internes et les collaborateurs.  Nous retrouvons là une conviction de VISEO pour qui le digital doit se porter vers les clients d’une part, pour adresser ces nouveaux consommateurs et leurs usages transformés par l’ère digitale, mais aussi se tourner vers l’intérieur de l’entreprise, en digitalisant les processus métier pour rendre l’entreprise plus fluide. Voir cet objectif cité comme priorité par 21 % des CDO est un vrai signe de maturité: nous observons que les entreprises commencent par proposer des dispositifs digitaux à leurs clients, comme canal de distribution ou support de leur marketing relationnel. Puis la question de l’intégration de ces dispositifs au SI de l’entreprise finit par arriver, pour offrir une digitalisation de bout en bout, une fois que les promesses d’un digital sans adhérence SI trouve ses limites. Finalement, une transformation durable doit, pour délivrer toutes ses promesses, partir du client mais embrasser l’ensemble du SI de l’entreprise et de ses processus. 

Cette conviction rejoint une des remarques des CDO que nous avons interviewés

Dans cette deuxième édition du baromètre, ils nous parlent d’une «2e vague» de nominations de CDO: après de premiers CDO charismatiques, chargés d’évangéliser l’entreprise depuis son comex, ils nous disent recruter cette année des responsables plus opérationnels, plus proches de la technologie et des processus de l’entreprise. Nos invités nous ont indiqué avoir fait de leurs collègues, DSI ou DRH notamment, des alliés de la transformation et avoir tissé des relations ténues avec les équipes en charge de réaliser les projets. 

Le Chief Data Officer, un poste plein d'avenir

Enfin, notre étude aborde l’émergence du chief data officer: encore minoritaire dans les entreprises françaises, qui s’en sont dotées à hauteur de 18%, il est pourtant cité comme un poste plein d’avenir. Si les prérequis techniques sont forts dans la valorisation des données, notre table ronde insistait sur l’importance d’un chief data officer plutôt concentré sur la recherche du cas d’usage et de la valeur économique plus qu’un spécialiste de la BI ou de la datascience.

Au final, cette deuxième vague montre bien que le digital est et demeure une priorité stratégique généralisée mais que les entreprises n’ont pas toutes la même réponse en termes d’organisation pour l’adresser. Diffuse ou incarnée par un CDO ou un autre responsable de l’entreprise, la transformation digitale porte de plus en plus vers les processus métier, sans délaisser la recherche d’axe de croissance et d’amélioration de l’expérience client. La présence d’un CDO se diffuse et la maturité des entreprises progresse quant au choix des chantiers qu’ils initient. Des résultats rassurants sur l’aptitude du tissu économique français à réussir dans cette nouvelle donne digitale."

 

Découvrez la deuxième édition du baromètre des chief digital/data officers ici

Téléchargez le baromètre ici

Retrouvez également les témoignages des experts présents à la conférence du baromètre des CDO 2016